Réussir la transition énergétique du bâtiment : se former à l’humain

Publication : le 23/10/2017 à 15 h 05 min

 L’animation des démarches de
sensibilisation aux économies d’énergie est un métier. Comment véritablement
intéresser et embarquer les utilisateurs et créer du changement ? Comment les associer
à une gestion plus sobre des équipements ? Il ne s’agit pas que d’une
simple campagne d’affichage et d’un mail à tous…

Les acteurs de la transition
énergétique des bâtiments sont demandeurs d’outils prêts à l’emploi pour réinscrire
l’humain au cœur de leur démarche d’optimisation environnementale des lieux de vie
et de travail. Des premières formations dédiées, comprenant le décryptage de la
dimension psychosociale, se mettent en place.

imageL’IFORE, Institut de Formation de
l’Environnement, a proposé en octobre dernier aux gestionnaires immobiliers de
l’Etat une formation sur les usages écoresponsables de l’énergie dans les
bâtiments publics avec des solutions pratiques pour agir avec l’occupant. Ses
bénéficiaires ont été sensibilisés à la part de l’usage dans le fonctionnement
d’un bâtiment et aux différents freins rencontrés dans la mobilisation des
occupants. L’IFORE fournit des pistes méthodologiques, des bonnes pratiques et du
retour d’expérience pour inciter les agents à passer à l’acte. Une nouvelle
formation est d’ailleurs programmée les 11 et 12 janvier 2018 à la Grande Arche
de la Défense, à Paris (détails sur ce lien).

imageL’Université Catholique de Lille
est quant à elle sur le point de lancer un diplôme universitaire « Management
Sociotechnique de la performance énergétique » (détails sur ce lien). A l’initiative de la
création de cette formation continue, Hervé Barry, sociologue rattaché au
CRESGE*, est convaincu de la nécessité de prendre en compte l’usage dans la
connaissance des consommations. Cela passe selon lui par l’acculturation des
acteurs du bâtiment : « Il faut
apporter un savoir-faire et un savoir-être aux responsables
 »
témoigne-t-il « Il faut que les
techniciens puissent dire « on m’a parlé de la dimension
sociotechnique », l’intégrer opérationnellement et en parler autour d’eux. 
»
En janvier 2018, les professionnels du bâtiment, de la conception, à la rénovation,
en passant par la maintenance, le développement et la commercialisation de
services énergétiques seront invités à se former à l’intégration de l’humain et
de sa rationalité dans leur mise en œuvre.

Pour mesurer les effets d’une
action « coup de poing » embarquant toutes les parties prenantes de son
bâtiment, une solution ludique et efficace est la participation au concours d’économies
d’énergie pour bâtiments tertiaires CUBE 2020. La formule concours crée un
cadre motivant pour réaliser avec son occupant un maximum d’économies d’énergie
en un an, tout en rejoignant une dynamique nationale d’exemplarité et un réseau
d’échange des meilleures pratiques. Plus de quatre cents bâtiments ont tenté la
formule depuis 2014. La quatrième édition se déroulera du 1er
juillet 2018 au 30 juin 2019, et les inscriptions ouvriront le 1er
janvier 2018 sur la plateforme officielle du concours www.cube2020.org.  

image

* (Centre de Recherche et d’Etudes
en politiques Sociales, Santé et habitat de l’Université Catholique de Lille)